jump to navigation

Les frontières des peuples gaulois / Jacques Lacroix 19/08/2021

Posted by Rincevent in Mes lectures.
Tags: , , , , ,
trackback

Voici donc un ouvrage en deux volumes consacrés aux toponymes frontaliers gaulois. Les frontières des peuples gaulois de Jacques Lacroix est paru cette année chez Yoran embanner.
ISBN 9782367470696 (volume 1)
ISBN 9782367470702 (volume 2)

Les frontières des peuples gaulois / Jacques Lacroix

J’avais repéré ces deux volumes un peu par hasard sur Électre et avait été intrigué, me demandant ce qu’ils contenaient. Après m’être renseigné sur l’auteur, semble-t-il LE spécialiste de la langue gauloise, j’avais été rassuré et me suis procuré ces deux volumes. J’ai un petit peu déchanté. En amateur d’atlas historiques, je m’attendais à des ouvrages présentant et commentant lesdites frontières des peuples gaulois. Mais non, ou en tous cas pas comme je l’attendais, car ces volumes sont en fait une étude toponymique portant sur 1500 noms de lieux. Certes elle est très intéressante au niveau linguistique. Mais l’essentiel des volumes consiste en une longue liste de noms de lieux. Pour chacun d’entre eux il y a une présentation géographique, les noms anciens connus par les sources historiques, une section étymologique où diverses propositions sont discutées avant que l’auteur présente la sienne, des hypothèses explicatives quant à l’attribution du nom en fonction de la situation géographique, des précisions relatives au matériel archéologique éventuellement retrouvé sur place, des mentions de toponymes frontaliers proches et, enfin, des précisions sur l’appartenance de chaque site à tel ou tel peuple gaulois. Ces dernières mentions m’ont un peu surprises mais l’auteur se base sur un atlas publié au début du XXe siècle qui, s’il semble assez précis, comporte certainement des erreurs à réviser. Des précisions sur l’évolution linguistique des noms sont données dans certains cas. C’est très intéressant et souvent surprenant mais aussi, je dois hélas l’avouer, un peu répétitif à la longue (1500, hein), au point que j’ai très vite sauté nombre de pages pour ne plus lire que les débuts de chaque section, comme je l’avais fait pour le Trésor du terroir. L’auteur n’a rien à se reprocher, son travail m’a d’ailleurs beaucoup impressionné, c’est après tout un peu de ma faute si je me suis mépris sur la nature des volumes.

Donc, M. Lacroix nous présente et discute donc, en plusieurs sections, des termes gaulois qui ont marqué et marquent encore notre territoire. Ceux qu’il a choisi sont, bien entendu, ceux qui tournent autour de la notion de limite, de frontière. Certains avaient visiblement été repérés de longue date mais d’autres ont pu échapper à l’attention des chercheurs dans cette acception. Notons qu’il remet en cause certains points de vue de la recherche qui pour lui relèvent plutôt de la facilité à chaque fois que certains chercheurs ne pouvaient expliquer l’origine d’un toponyme, à savoir la volonté de voir des origines pré-indo-européennes ou des noms de personnes un peu partout. Notons aussi le petit tacle dans la conclusion envers un collègue qui jugeait qu’il n’y avait jamais eu de toponyme « spécifiquement affecté à la désignation des limites de cités ». Au travers de ces deux volumes, l’auteur nous présente donc les toponymes issus des termes gaulois suivants :

Randa / Randone, avec le sens de limite ou de bord.
Morga, de sens proche et peut-être issu d’un terme plus ancien pour une frontière.
Canto, auquel l’auteur attribue le sens de limite ou extrémité, à rebours d’autres chercheurs qui y voyaient la notion de chant religieux. Le terme ayant donné son nom au dernier mois apparaissant sur le calendrier de Coligny, il est effectivement logique d’y voir la limite marquant la fin de l’année plutôt qu’un hypothétique mois consacré au chant…
Uxo auquel, là aussi, l’auteur attribue le sens d’extrémité géographique, alors qu’on y a longtemps vu la notion de hauteur, même quand le terrain ne s’y prête absolument pas.
Ande, qui désigne les limites basses ou inférieures, souvent méridionales, à l’opposé d’uxo.
Iso / Isso, exact opposé d’uxo mais concurrencé par ande.
Anto, la limite, le bout ou le bord.
Bodo / Bodino, probablement le terme le plus évident puisqu’il désigne une borne (mot qui en dérive d’ailleurs directement), une marque de limite plantée en terre, parfois incarnée par un arbre.
Mediolan(i)on qui, pour l’auteur, indique un établissement humain mitoyen (« exactement au milieu ») ou plutôt se trouvant là où des frontières se rencontrent. Ces frontières peuvent d’ailleurs être internes et délimiter des subdivisions des peuples gaulois. Le terme a pu être compris comme signifiant « au centre du territoire » ou « chef-lieu », ce qui ne semble pas correspondre à la situation géographique des sites connus.
Lugudunon, indiquant des forteresses placées sous la protection du dieu Lug. Celui-ci étant chargé de défendre le territoire et les forteresses étant placées près des frontières, on y voit donc une sacralisation des limites.
Nemeto, le temple ou sanctuaire qui, comme indiqué juste avant, manifeste la sacralisation des frontières.
Devo, qui comme les deux termes précédents signale la présence de divinités et de cours d’eau, ceux-ci étant à la fois souvent des frontières naturelles et des espaces divins (car les rivières gonflent grâce à la pluie tombée du ciel… divin).

Bien entendu, pour chaque section, de nombreuses sous-sections étudient les variations possibles que notre terroir recèle. En fin d’ouvrage, des cartes en couleur représentent les territoires reconstitués de trente-six peuples gaulois.

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Vous avez quelque chose à dire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :