jump to navigation

Les grandes guerres : 1914-1945 / Nicolas Beaupré 13/11/2016

Posted by Rincevent in Mes lectures.
Tags: , ,
trackback

Et voilà un gros pavé de terminé. 1143 pages, 987 si on enlève les annexes. Je salue l’effort de l’auteur qui, comme il le dit lui même en fin d’ouvrage, a réussi à synthétiser en un seul livre trois périodes particulièrement marquées et déjà surabondamment traitées chacune dans son coin. Les grandes guerres : 1914-1945 de Nicolas Beaupré est paru en 2012 dans la collection Histoire de France, toujours chez Belin.

Les grandes guerres : 1914-1945 / Nicolas Beaupré

Les grandes guerres : 1914-1945 / Nicolas Beaupré

Alors que dire d’un tel bouquin qui pourrait presque servir d’engin de siège à lui tout seul ? Eh bien j’ai trouvé que l’ensemble s’articulait assez bien. Certes les trois périodes Première Guerre, entre-deux-guerres, Seconde Guerre sont évidemment nettement marquées, mais l’auteur a pris soin de faire la jonction ici et là afin de raccrocher chaque période à la suivante, les phénomènes se produisant en fin de période débordant inévitablement sur l’autre. Des chapitres thématiques, sur les arts notamment, ou la sortie de guerre de la société en 1918 qui se prolongea beaucoup selon les catégories sociales, gardent cette transversalité et permettent de découvrir autre chose. J’ai notamment été intéressé, et surpris, de voir qu’autant les combattants étaient immédiatement passés à autre chose (guère surprenant quand on passe quatre ans à frôler la mort dans la boue glacée au milieu de cadavres en décomposition) alors que les milieux universitaires, que j’aurais supposé avoir la tête plus froide et plus détachée, ont continué leur production de littérature pseudo-scientifique farouchement anti-allemande bien après la guerre et ont longtemps refusé de renouer des contacts avec leurs collègues d’outre-Rhin. Très intéressants aussi furent les passages sur la diplomatie française des années vingt et trente, qui s’efforçait de se constituer des alliances en Europe centrale sans vouloir voir que ses différentes composantes n’étaient pas forcément bien disposées envers leurs voisins (surtout pour les laisser finalement seules face à l’Allemagne…). L’instabilité chronique des gouvernements de cette période m’a également donné le tournis, et on ne s’étonne pas qu’à la libération les Français ont accepté sans problème un régime moins changeant. Du coup, il est aussi intéressant de voir comment les années trente ont vu s’opposer les gauches « anti-fascistes » et les droites « fascistes » alors que ces étiquettes n’ont finalement eu qu’un usage strictement franco-français et presque sans lien avec les situations politiques étrangères : untel se réclamait du fascisme sans en manifester les signes, untel se revendiquait son ennemi de classe mais sans forcément s’émouvoir non plus de ce qui pouvait se passer en Espagne ou dans les pays réellement fascistes. Bref, c’était intéressant.

Dans l’atelier de l’historien, l’auteur admet tout de suite la difficulté d’aborder la question des sources quand elles sont si abondantes qu’aucun chercheur ne pourrait les épuiser dans sa vie. Il préfère donc cibler quelques approches particulières : les sources et leurs usages, présentation de quelques grands historiens de la période et les réactions historiennes à chaud, et comme toujours quelques débats (effets de la chute du mur de Berlin sur l’étude de la Première Guerre, vision officielle de Vichy et des spoliations par une commission d’enquête, le comportement des soldats de 14-18).

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Vous avez quelque chose à dire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :