jump to navigation

La couronne du berger / Terry Pratchett 14/08/2016

Posted by Rincevent in Mes lectures, Terry Pratchett.
Tags: ,
trackback

Plus d’un an après Déraillé, plus de cinq ans après la dernière aventure de Tiphaine Patraque, voilà enfin le tout dernier tome des Annales du Disque-Monde.

La couronne du berger / Terry Pratchett

La couronne du berger / Terry Pratchett

Ce tome est la suite des aventures de Tiphaine Patraque. Il commence par un événement qui secoue littéralement le Disque : le décès de Mémé Ciredutemps, qui a eu le temps de mettre sa chaumière en ordre et de préparer ses funérailles. La cheffe que les sorcières n’ont pas vient de s’éteindre, et la place sera convoitée par les anciennes de la profession. Sauf que… Mémé a déjà désigné celle qui doit lui succéder : la jeune Tiphaine Patraque elle-même, dont tout le monde a pu constater à quel point elle est puissante. En parallèle, d’autres événements se mettent en branle : la reine des elfes (tout le monde se souvient de ces sales petites ordures qui charment le monde avec le gueulamour ?) est sur le point de se faire détrôner par un prétendant enhardi par le décès de la gardienne de l’humanité, pendant qu’un jeune noble idéaliste et benjamin de sa famille finit par fuir un père tyrannique, accompagné de Méphistophélès, son bouc extraordinairement intelligent. Que compte-t-il faire ? Très simplement, il va devenir sorcière. Ah oui, pour un homme ça va être un peu compliqué…

Une lecture toujours aussi agréable, mais qui m’a laissé un goût étrange, parce que je savais que je devais dire adieu à cet univers que j’ai tant aimé, et à un personnage ô combien emblématique. On se raccroche un peu aux derniers tomes par la présence en toile de fond des gobelins et du chemin de fer, mais on retrouve surtout l’univers des sorcières, occasion de revoir celles qui avaient croisé la route d’Esmé Ciredutemps au fil des tomes. Un univers impitoyable où on est toujours prêt à se tirer dans les pattes alors qu’il y a toujours plus important à faire. C’est aussi l’occasion de retrouver une Tiphaine presque adulte, mais qui peine à gérer son Causse natal ainsi que les vallées de Lancre sous le joug… pardon, la surveillance « bienveillante » de Mémé.

Ainsi prend fin mon cheminement sur le Disque, vingt-cinq ou vingt-six ans après avoir gagné les cinq premiers tome à un concours de Player One. Je n’eus pas de playstation, mais je reçus à la place les clés ouvrant les portes de l’imaginaire le plus débridé et le plus farfelu qui soit. Merci pour tout, Sir Terry Pratchett. Quel dommage que vous n’ayez pu, vous aussi, continuer à utiliser ce petit carton « Chus pas mort ».

La tortue se meut.

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Vous avez quelque chose à dire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :