jump to navigation

Les sources de la tradition tibétaine / Kurtis R. Schaeffer, Matthew T. Kapstein, Gray Tuttle 28/06/2016

Posted by Rincevent in Le Tibet, Mes lectures.
Tags:
trackback

Voilà une lecture qui m’a agréablement surpris. Je pensais que ce serait assez aride, et finalement non. Sources of Tibetan tradition, dirigé par Kurtis R. Schaeffer, Matthew T. Kapstein et Gray Tuttle, est sorti en 2013 chez Columbia University Press.

Sources of Tibetan tradition / Kurtis R. Schaeffer, Matthew T. Kapstein, Gray Tuttle

Sources of Tibetan tradition / Kurtis R. Schaeffer, Matthew T. Kapstein, Gray Tuttle

L’ouvrage est en fait une compilation de traductions de textes fondamentaux de l’histoire tibétaine, des origines au XXe siècle. J’avoue cependant que je n’ai que survolé la plupart des sources pour m’intéresser aux présentations tant elles m’ont apporté de détails passionnants. Si la trame est chronologique, il y a de nombreux chapitres thématiques qui peuvent dépasser le cadre temporel de la partie où ils se trouvent. Chaque chapitre consiste en une introduction très bien faite, qu’il s’agisse de présenter succinctement un cadre historique ou bien des concepts philosophiques ou religieux, puis en une présentation critique (qui signale parfois les erreurs de dates, de lieux ou les éventuels biais qu’on ne saurait forcément repérer, etc.) de chaque source avant la reproduction de celle-ci. Bien entendu, il ne s’agit que de passages, au mieux de plusieurs pages, au plus court d’un paragraphe, mais leur lecture permet de découvrir un peu ce qui s’est pensé et écrit sur le toit du monde au fil des siècles. Le premier chapitre, par exemple, présente les plus anciennes mentions étrangères du Tibet dans les sources arabes, européennes (en l’occurrence, un juif espagnol du XIIe siècle) ou chinoises. On s’étonne par exemple de découvrir la perception qu’avaient les Tibétains des étrangers avant l’an mil voire peu après, avec notamment des mentions au confucianisme et au taoïsme via des histoires intégrées à des textes bouddhiques ou, encore plus exceptionnel, des mentions du manichéisme et du christianisme (via le nestorianisme, autrefois très présent jusqu’en Chine). Parmi ces chapitres thématiques, on abordera, entre autres : la médecine et la loi, la littérature et les arts, mais aussi les voyages et la confrontation au monde lointain. Quant aux parties historiques, elle ne laissent pas grand chose de côté, si ce n’est, peut-être, le XXe siècle qui en raison de sa proximité nous est mieux connu. Bref, c’est un pavé de huit cents pages, mais qui s’est avéré très intéressant et m’a permis de découvrir des choses.

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Vous avez quelque chose à dire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :