jump to navigation

Déraillé / Terry Pratchett 27/05/2015

Posted by Rincevent in Mes lectures, Terry Pratchett.
Tags: , , ,
trackback

Cela faisait quelques temps qu’il trainait sur mes étagères, le voilà terminé. Déraillé est l’avant-dernier tome des Annales du Disque-Monde a sortir chez nous, toujours chez l’Atalante, et nous fait retrouver Moite von Lipwig.

Déraillé / Terry Pratchett

Déraillé / Terry Pratchett

Dans ce tome nous retrouvons donc le directeur de la poste et vice-président de la banque d’Ankh-Morpork, j’ai nommé Moite von Lipwig, mi-escroc, mi-fripouille, mi-honnête homme. Ce dernier se fait tirer de son lit et de son train-train quotidien par le Patricien de la ville. Ce dernier a appris, agacé, qu’un hurluberlu de la campagne a inventé une machine à vapeur et qu’il vient de la présenter à Henri Roi, un entrepreneur avisé, pour lui faire la démonstration d’un nouveau mode de transport par rail utilisant la vapeur. Le Patricien n’est prêt à autoriser une telle avancée scientifique que si elle profite à la ville, mais un arrangement est vite trouvé, et l’impact psychologique de l’invention sur le public est indéniable. Très vite, le chemin de fer suscite bien des convoitises car tout le monde veut en être, aussi bien à Ankh-Morpork que dans son voisinage plus ou moins proche. Enfin tout le monde… Non, pas tout le monde, car les grags, les nains extrémistes rejetant tout ce qui n’est pas nain y voient une abomination de plus et cherchent par tous les moyens à la détruire.

Encore un tome que j’ai beaucoup aimé, mais les tomes avec Moite me semblent être les plus aboutis de toutes les Annales. On retrouve donc notre personnage obligé de courir la campagne pour assurer le succès de l’entreprise et l’extension rapide du nouveau chemin de fer, qu’il lui faudra aussi protéger de la malveillance. Le tome nous amènera dans l’arrière-pays morporkien, mais aussi chez ses voisins Quirmiens qui parodient la France, ainsi que dans bien des bleds paumés avant d’arriver en Überwald, terminus du trajet et où le Petit Roi des nains secouera un grand coup sa société. Tout comme une locomotive lancée à toute vapeur, j’ai trouvé que le récit était un peu effréné, mais ça convient bien à la situation. On retrouve en outre les gobelins rencontrés dans Coup de tabac qui poursuivent comme bien d’autres espèces avant eux la marche vers le respect et l’émancipation, et se permettent même de doubler les humains dans la courses à la technologie. Les premiers tomes des Annales nous avaient présenté un monde de magie qui se rapprochait insensiblement vers la révolution industrielle par des biais détournés, ce tome-ci marque la fin d’une ère marquée par la magie (qui persistera quoi qu’il en soit) et le début d’une autre guidée par la règle à calcul (finalement moins dangereuse et bien plus fiable).

Discutez-en sur le Vademecum-dm.com, forum consacré à Terry Pratchett !

Advertisements

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Vous avez quelque chose à dire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :