jump to navigation

Roublard / Terry Pratchett 04/11/2013

Posted by Rincevent in Mes lectures, Terry Pratchett.
Tags: ,
trackback

Et voilà un nouveau Terry Pratchett ! Ces temps-ci, notre cher Terry délaisse le Disque-Monde pour d’autres univers. Un peu de changement ne fait pas de mal. Roublard, tout juste sorti chez L’Atalante, se déroule dans notre monde, et plus précisément dans la Londres victorienne.

Roublard / Terry Pratchett

Roublard / Terry Pratchett

Roublard est un tosher (traduit par ravageur en français), une jeune homme qui gagne sa vie en farfouillant dans les égouts à la recherche des objets de valeur qui peuvent y tomber ou y être charriés par l’eau de pluie. Bien que la Londres de cette époque soit d’une saleté repoussante, ce n’est pas encore le cas des égouts qui ne servent pour l’instant qu’à évacuer lesdites eaux de pluie, même si certains membres de la bonne société commencent à y balancer leurs eaux usées, ce qui est franchement révoltant, n’est-ce pas ? Roublard est connu de tous, et veille à rendre régulièrement service, parce qu’on a toujours besoin d’amis quand un coup dur se présente. Mais une nuit, Roublard se retrouve à sauver la vie d’une jeune fille qui s’enfuit hors d’un carrosse. Une jeune fille que des personnes fort peu scrupuleuses ont méchamment passé à tabac pour le compte d’autres. Le hasard veut que des personnalités connues viennent en aide à Roublard et à sa belle inconnue qu’il va désormais falloir protéger à tout prix.

Terry Pratchett s’offre ici un petit plaisir en nous plongeant dans la Londres du XIXe siècle, une Londres surpeuplée, sale et hautement criminogène. Fortement influencé par London labour and the London poor d’Henry Mayhew et les écrits de Charles Dickens, Sir Pratchett nous entraine dans les bas-quartiers et leur lot de misère à une époque où être pauvre c’était être criminel. C’est en cela que l’histoire est intéressante, car elle nous rappelle ce que la ville autrefois la plus riche du monde était réellement, à une époque où l’ascenseur social marchait d’autant moins bien qu’on n’avait pas encore inventé l’ascenseur tout court. En ce qui concerne l’intrigue, elle est assez convenue : un jeune héros du petit peuple vient au secours d’une jolie fille rejetée par des personnes nettement plus aisées, et fait appel à sa gouaillerie et à sa connaissance de la rue pour se défaire d’eux. Tout ceci est le prétexte pour rencontrer une foule de personnages historiques (y compris les plus surprenants). Le livre est agréable à lire (et instructif), et même s’il ne comptera pas parmi ses meilleurs il apporte une touche de fraîcheur et de légèreté bienvenue.

Discutez-en sur le Vademecum-dm.com, forum consacré à Terry Pratchett !

Publicités

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Vous avez quelque chose à dire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :