jump to navigation

Le Hobbit annoté / John Ronald Reuel Tolkien (notes de Douglas A. Anderson) 26/01/2013

Posted by Rincevent in Mes lectures.
trackback

– Qu’est-ce que j’ai sur mon étagère ?
– Pas juste ! Pas juste ! C’est pas jussste, mon trésor, de nous demander ce qu’il a sur sa sssale petite étagère ! Qu’est-ce qu’il a sur son étagère ? Oh ! On le sait, on le devine, mon trésor. Oui… Il ssse l’est acheté, mon précieux !

Le Hobbit annoté / John Ronald Reuel Tolkien (notes de Douglas A. Anderson)

Le Hobbit annoté / John Ronald Reuel Tolkien (notes de Douglas A. Anderson)

Et oui, la tentation a été trop forte. J’ai fini par m’acheter Le hobbit annoté sorti fin 2012 chez Christian Bourgois. La sortie de ce livre fut par ailleurs l’occasion de refaire traduire le roman par Daniel Lauzon. Et il paraît qu’une retraduction du Seigneur des anneaux est prévue. Si en prime ils nous refont aussi le Silmarillion, ça sera la fête à la maison. Inutile de parler de l’histoire, tout le monde ou presque la connait, mais signalons juste que certains noms changent. Les exemples les plus visibles sont Bilbo Baggins (laissé tel quel dans Bilbo le Hobbit) / Bilbon Sacquet (dans le Seigneur des anneaux) qui devient Bilbo Bessac, et Fondcombe qui devient Fendeval. Très honnêtement, je m’y suis fait très vite. Le grand intérêt de ce livre réside bien dans les commentaires de Douglas A. Anderson. Rien que l’introduction elle-même est très intéressante puisqu’on découvre la genèse du Hobbit et la façon dont il vint à être édité (et réédité), ainsi que les premières critiques. Détail amusant, on apprend que Tolkien n’avait autorisé son éditeur américain à faire appel à des illustrateurs du pays qu’à la condition de ne pas recourir aux services de Disney, dont l’auteur reconnaissait les compétences mais dont la production lui donnait la nausée… En marge du récit, de très nombreuses notes nous présentent méthodiquement les moindres variations du texte, parfois juste dues à des erreurs typographiques, les éléments qui influencèrent Tolkien mais aussi les incohérences entre les différentes œuvres de Tolkien. Quelle surprise donc de découvrir que les noms de Gandalf et de la plupart des nains viennent d’un poème scandinave ! Que le nom original de Bilbo sied parfaitement à un Hobbit ! Que l’apparence de Gandalf est inspirée par une carte postale illustrée par un peintre allemand et achetée en Suisse ! Sans oublier les pépites linguistiques que l’auguste professeur avait semé dans son récit. L’ensemble est agrémenté de nombreuses reproductions d’illustrations issues d’éditions d’un peu tous les pays, dont plusieurs de la main de Tolkien lui-même (qui n’était pas un manche en peinture, visiblement). En appendice nous avons droit à L’expédition d’Erebor, un texte qui se déroule après la fin du Seigneur des anneaux où Gandalf raconte à Gimli et aux Hobbits les événements menant au récit du Hobbit ; ainsi qu’à un court texte sur les runes.

Pour comprendre un peu mieux le contexte de cette nouvelle traduction, je ne peux que conseiller la lecture de ces quelques pages du site Tolkiendil :
Une intervew de Daniel Lauzon, le traducteur
Un tableau de correspondance de divers noms de personnes et de lieux

Ah oui au fait : normalement tu te balades pas à poil, t'es fringué en noir, hein !

Ah oui au fait : normalement tu te balades pas à poil, t’es fringué en noir, hein !

Advertisements

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Vous avez quelque chose à dire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :