jump to navigation

Administration et devoirs militaires en Asie centrale sous contrôle tibétain (VIIIe-IXe siècles) / Tsuguhito Takeuchi 31/01/2011

Posted by Rincevent in Tibet and her neighbours : a history / Alex McKay.
Tags: , , , , , , , , , , ,
trackback

Il est peu connu que le Tibet a autrefois été une puissance régionale capable de tenir tête à la Chine et de conquérir la portion sud de la route de la soie passant par l’actuel Turkestan oriental. Ce sont ces conquêtes qui permettent de parler d’empire tibétain et non de simple royaume. Dans cet article, l’auteur utilise des plaquettes de bois utilisées par les troupes d’occupation pour esquisser la façon dont la région était gouvernée.

Pendant plus de cinquante ans, une partie de l’Asie centrale et de la Chine occidentale a donc été dominée par les Tibétains. Les territoires conquis étaient divisés en unités appelées trom dirigées par un gouverneur militaire tibétain. Outres les soldats tibétains, les troupes d’occupation qui y stationnaient étaient aussi constituées de soldats originaires de conquêtes plus anciennes (Zhangzhung, Azha) ainsi que d’auxiliaires locaux (y compris des Chinois). La principale source d’information sur leur vie et leur organisation se trouve être les ri-zug, petites plaquettes de bois (si quelqu’un a une meilleure traduction pour woodslip, je suis preneur) utilisées par les garnisons des forts de Miran et Mazar Tagh.

Des plaquettes de bois ri-zug © International Dunhuang Project

Des plaquettes de bois ri-zug © International Dunhuang Project

Ces plaquettes, souvent scellées, sont de forme et de taille différentes et ont très souvent été réutilisées ou transformées en outil lorsqu’on ne pouvait plus les utiliser pour écrire. Certaines ont donc connu une deuxième carrière professionnelle pouvant aller de la cuiller au « papier toilette » (plutôt dans cet ordre là, je pense ;-)). Dans leur utilisation militaire, elles servaient de ticket de ravitaillement aux unités de guetteurs stationnés sur les collines environnantes. Avant le départ de chaque groupe, les quantités de vivres nécessaires étaient indiquées par un système d’encoches et la partie inférieure droite était cassée et conservée par les unités de guet. Les équipes de ravitaillement lisaient le texte donnant l’emplacement des différents unités sur le reste de la plaquette et comparaient les deux moitiés de la plaquette pour authentification et déterminer la quantité à livrer avant de les ramener pour archivage au fort. Le verso de la plaquette pouvait être utilisé pour les réclamations sur les quantités livrées. Les groupes de guetteurs comptaient généralement quatre hommes : deux soldats et deux cuisiniers (ce n’était pas des unités de combat) que l’auteur estimait stationnés pour une durée d’un an avec plusieurs livraisons. Ces unités étaient composées de Tibétains et de locaux, les Tibétains venant de « mille districts » différents. Le régime d’occupation tibétain était celui de la colonie militaire : les soldats venaient s’y installer avec femmes et enfants, et quand ils n’étaient pas en période de service, ils avaient pour tâche de cultiver les ressources alimentaires alimentant la garnison (céréales ou bétail). Les forts étaient donc de vraies colonies tibétaines en terre étrangère, et nécessitaient donc la présence d’officiers de l’administration civile. Les locaux semblent avoir conservé l’essentiel de leurs institutions préexistantes mais étaient chapeautés par des officiers tibétains basés dans les forts voisins. D’autres régions ont toutefois connu une administration plus directe, les locaux étant intégrés à l’administration tibétaine (mais les postes les plus hauts étant réservés à des Tibétains).

Mazar Tagh et Miran par rapport au Tibet

Publicités

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Vous avez quelque chose à dire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :