jump to navigation

Le testament politique de Sa Sainteté le XIIIe Dalaï-lama / Sir Charles Bell 05/07/2010

Posted by Rincevent in History of Tibet / Alex McKay.
Tags: , ,
trackback

Article sur Google books

En 1931, le Tibet se prépare à vivre un deuil d’importance : le XIIIe Dalaï-lama est tombé malade et son état ne s’améliore pas malgré les prières que le gouvernement fait dire. L’information est tenue secrète aussi longtemps que possible mais le souverain a quand même le temps de rédiger un kachem ou testament politique dont Charles Bell, représentant britannique à Lhassa, reçoit une copie plusieurs mois après son décès.

Le Dalaï-lama commence par rappeler quelques éléments autobiographiques : il n’a pas été désigné conformément à la tradition de l’urne d’or (instituée par les Mandchous : si plusieurs enfants répondaient aux critères de sélection, on plaçait leur noms dans cette urne et on tirait au sort, quitte à forcer le destin…) et le supérieur du monastère de Phurchog a vite été désigné régent. À 18 ans, il pend officiellement le pouvoir. Il saute immédiatement à l’invasion britannique de 1904 suivi de sa fuite en Chine où vient d’être intronisé le nouvel empereur Xuantong (Puyi, qui avait alors tout juste deux ans). Peu après on retour il fuit de nouveau devant une invasion chinoise et se réfugie en Inde avant de revenir au Tibet à la faveur de la révolution chinoise. Il exhorte ensuite les Tibétains à poursuivre sa politique : maintenir de bonnes relations tant avec la Grande-Bretagne qu’avec la Chine, se méfier des petits pays hostiles du voisinage (Népal voire Bhoutan) et développer une armée entrainée en cas d’agression. De même, le Dalaï-lama met ses sujets en garde contre l’idéologie communiste dont il a appris les méfaits en URSS et en Mongolie. Pour éviter de subir le même sort, les Tibétains doivent donc rester unis sous peine de voir les grandes incarnations disparaitre ainsi que les coutumes tibétaines : les officiels y perdraient leurs biens et seraient réduits à la mendicité ou à la servitude. Il rappelle donc qu’il ne faut pas se mettre au service d’autres pays et que la recherche de l’intérêt personnel doit être oublié.

Une version anglaise du testament a été traduite par Claude Arpi (format pdf)

Advertisements

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Vous avez quelque chose à dire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :