jump to navigation

A. H. Francke et son Ladakh Kyi Agbar : le premier journal tibétain / John Bray 13/04/2010

Posted by Rincevent in History of Tibet / Alex McKay.
Tags: , , , ,
trackback

Article sur Google books

Comme son titre l’indique, cet article présente la naissance du premier journal publiée en langue tibétaine. Précisons tout de suite que si à l’oral la langue change d’une vallée à l’autre, à l’écrit c’est une seule et même langue fixée au XIe siècle qu’on retrouve du nord-ouest de l’Inde à la Mongolie.

August Hermann Francke (1870-1930) est un pasteur protestant et savant né en Silésie allemande. En tant que missionnaire est un membre des Frères Moraves qui sont présent au Ladakh depuis 1885 et y ont fondé quelques missions. C’est donc tout naturellement qu’il les rejoint et utilise la presse de la mission pour diffuser des écrits chrétien en ladakhi. En 1904 il décide d’éditer un journal, le Ladakh Kyi Agbar (Nouvelles du Ladakh) pour promouvoir des écrits qui ne soient pas des textes bouddhistes. Pour lui, les gens lisent ceux-ci non pas pour leur contenu mais pour accumuler des mérites. Il prend donc le parti d’imprimer en utilisant des caractères cursifs pour se démarquer de la capitale utilisée dans les textes religieux, et adopte un style aussi proche que possible du ladakhi courant tout en respectant les conventions grammaticales du tibétain écrit. Le journal comprend trois rubriques :
– La première donne des nouvelles mondiales tirées des journaux indiens, mais qui suscitent peu d’intérêt hormis les événements touchant au Tibet. Il tente d’évoquer la corruption locale, mais les lecteurs ne semblent pas faire le lien avec leur situation et prennent le texte pour une histoire amusante.
– La deuxième est un texte ladakhi qui reflète les centres d’intérêt de Francke : chansons et contes populaires (parfois censurés de leurs éléments bouddhistes), chroniques royales du Ladakh qui plaisent beaucoup car célébrant les hauts-faits passés.
– La troisième est évangélique : Francke part d’un proverbe ladakhi pour diffuser un message missionnaire.

Si le journal paraît à 150 exemplaires pour la première édition, il tombe vite à 60 dont 20 sont destinés à la mission de ses coreligionnaires basés au Sikkim. La diffusion est entravée par l’absence de services postaux, les livraisons ne pouvant atteindre les régions reculées, mais il contourne le problème en vendant les exemplaires au bazar de Leh. Chaque exemplaire acheté est ainsi successivement lu par un plus grand nombre de le lecteurs qui en diffuseront le contenu dans leurs villages. Lorsqu’il quitte le Ladakh en 1906, il laisse le journal aux missionnaires qui le renomment Ladakh Phonya (La Voix du Ladakh), mais il ferme un an plus tard. En 1927, un successeur de Francke qui s’était installé à Kyilang au Lahül, Walter Asboe, édite un mensuel intitulé Kyilang Kyi Agbar (Nouvelles de Kyilang). Selon lui les lamas se l’arrachent et il en envoie même des exemplaires à Berlin. Asboe veut diffuser de nouvelles techniques agricoles, des informations sur l’hygiène ou encore la manière de réduire la consommation d’orge pour produire de la bière ou des conserves. En 1936 Asboe s’installe à Leh où le journal reprend son titre de Ladakh Phonya et est consacré aux nouvelles locales et internationales (dès 1937 Asboe s’informe en écoutant la radio). À la fin des années 1930 la situation politique en Europe est souvent évoquée, la couverture étant toujours ornée d’un dessin représentant parfois des cartes ou des caricatures européennes. Le journal ferme encore en 1947 quand Asboe quitte le Ladakh mais rouvre cinq ans plus tard sous la direction de deux missionnaires qui tentent d’introduire une réforme orthographique rejetée car elle est blasphématoire en ne respectant pas le style des écrits bouddhistes traditionnels. À cette époque, une intense propagande chinoise en tibétain franchit la frontière et est de meilleure qualité que le journal. Le journal cesse encore de paraître après 1959 puis réapparait brièvement en 1978-1979 en tant que bulletin d’information du gouvernement.

Advertisements

Commentaires»

1. Jonathan Guyon Le Bouffy - 05/03/2012

Pour les différents noms. Il s’agit du Ladakh ki Agbar (en wylie : la dwags kyi Ag bar), et pas agwar. Agbar est urdu, de mêmepour le Kyelang gyi agbar. Plus tard, il devient le Ladakh Phonya (wylie : la dwags pho nya) et pas Phoye. Phonya est du tibétain et signifie le messager, ce terme a aussi été choisi par les traducteur de la Bible en tibétain (Francke entre autres) pour désigner les anges. Aux archives moraves de Londres (Moravian Church House), ce journal est aussi connu sous le nom de Ladakh Herald.
A bientôt

Rincevent - 05/03/2012

Merci pour ces précisions. Je n’avais pas pensé qu’il y avait pu y avoir des termes non-tibétains dans ces noms mais étant donnée la proximité géographique et culturelle indienne, c’est peu surprenant.

Et comme, selon la Tibetan & Himalayan library, les mots finissant par la syllabe ba ou bar se prononcent wa / war (point 6), je n’avais pas cherché plus loin.
http://www.thlib.org/reference/transliteration/#!essay=/thl/phonetics/s/b5

Vous avez aussi raison en ce qui concerne le Ladakh Phonya, j’avais vraisemblablement mal relu mes notes de lecture (c’est pourtant écrit en toutes lettres dans l’article).

Jonathan Guyon Le Bouffy - 07/03/2012

La lettre ba se prononce en effet souvent [wa] en tibétain standart lorsque qu’elle est dans la seconde syllabe d’un mot (comme phreng-ba drenwa, le rosaire) mais se prononce bien [ba] dans la première syllabe lorsqu’il n’y a pas de lettre préfixe (bar-do [bardo], mais dbang [wang]). C’est différent pour les mots d’origine étrangères (comme Agbar) et dans certains dialectes.
Agbar est aussi le terme utilisé par les musulmans shiites pour parler des hadith (les paroles du prophète, et de ses descendants chez les shiites). Si à Leh les sunnites sont majoritaires, la communauté shiite est majoritaire dans tout l’ouest du Ladakh autour de Kargil (le Purig).

Rincevent - 07/03/2012

Toute la difficulté est de déterminer où se termine le mot, surtout quand on ne parle pas la langue. ^__^


Vous avez quelque chose à dire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :