jump to navigation

L’Inde et les Britanniques selon un texte tibétain de la fin du XVIIIe siècle / Michael Aris 26/07/2009

Posted by Rincevent in History of Tibet / Alex McKay.
Tags: , , ,
trackback

Dernier chapitre du tome II !! Il m’a fallu un peu plus de huit mois pour me le faire. C’était moins que le premier tome qui comprend, c’est vrai, plusieurs articles très pointu sur les débuts de l’histoire tibétaine. Quoi qu’il en soit l’auteur, défunt mari de la célèbre opposante birmane Aung San Suu Kyi, nous parle d’un texte tibétain de 1788 décrivant comment son auteur perçoit l’Inde et le monde.

Jigme Lingpa (1730-1798) est un lama nyingmapa. Il n’a jamais quitté le Tibet, mais un de ses disciples originaire du Bhoutan a visité l’Inde pendant trois ans à l’occasion de négociations diplomatiques entre son royaume et les Britanniques basés au Bengale. Entré en religion assez tard, il transmettra à son maître ce qu’il savait de l’étranger. Car en dehors de quelques contacts sporadiques, la majorité des Tibétains ignorent tout de l’Inde et plus encore du monde qui s’étend au-delà. La connaissance qu’ils peuvent en avoir est celle, figée, qui leur a été transmis par les textes bouddhistes traduits du sanskrit. Les relations commerciales et culturelles n’ont laissé aucune trace textuelle. Pourtant, les Tibétains montrèrent une très grande curiosité à ce sujet lorsqu’ils furent mis en contact avec les premiers explorateurs européens. Les missions britanniques de George Boggle et de Samuel Turner verront ces derniers assaillis de questions. Le conservatisme monastique tempère fortement cette curiosité car tout ce qui ne sert pas le bouddhisme ne peut être utile : la méfiance subsiste.

L’œuvre de Jigme Lingpa peut être comparée aux récits de Marco Polo : aux informations exactes mais souvent déformées se mêlent de nombreuses légendes et affabulations. L’auteur semble vouloir harmoniser la vision traditionnelle de l’univers et les récits de son disciple. Ce dernier, Jangchub Gyeltsen, fut envoyé à Calcutta pendant trois ans après que les Britanniques ont expulsé les Bhoutanais du royaume de Kouch Bihar dans le nord de l’Inde en 1772. Il occupait la fonction de gouverneur du Bhoutan oriental. Il a ainsi visité le Bengale jusqu’à l’actuelle ville de Puri où il fut impressionné par le temple hindou de Jagannath, la navigation et la construction navale britannique ou encore le mascaret s’engouffrant dans la rivière locale. S’il est fasciné par les productions européennes (dont un orgue semble-t-il couplé avec un dispositif d’images), il reste méfiant et n’y voit qu’illusions nuisant aux chances de se libérer.

Outre l’Inde, il identifie l’Angleterre, la Hollande et l’empire Ottoman. Mais les trois premiers ne sont perçus qu’au travers de la cosmologie bouddhiste selon laquelle le continent Jambuvidpa (assimilé à l’Asie) est au large du mont Méru, lui-même au centre de l’univers. Les pays d’Europe sont assimilés à des îles au milieu de l’immense océan encerclant le tout. L’Angleterre est pour Jigme Lingpa une productrice de matières précieuses (allusion aux mines des Midlands ?) et la Hollande est la source de la noix de muscade (écho de son commerce d’épices achetées en Indonésie). Le reste du monde est représenté sous la forme d’un chariot ou d’une omoplate (probablement à cause d’une mauvaise traduction du sanskrit). L’histoire contemporaine de l’Inde est traitée avec exactitude : éclatement du pays après la mort du Grand Moghol Aurangzeb en 1707, Britanniques prenant l’ascendant sur ses héritiers tout en payant un tribut nominal et annexant le Bengale dès 1757. Le texte évoque le Népal progressivement conquis par les Gurkhas et les tribus du nord-est de l’Inde. Jangchub Gyeltsen est parfois resté perplexe devant ce qu’il voyait : s’il constate que l’hindouisme ressemble fortement au bouddhisme, il ne lui vient pas à l’esprit que l’un ait pu donner naissance au second. Il dénonce ainsi la coutume de la sati (sacrifice des veuves hindoues sur le bûcher) mais la prend pour une violence imposée par les musulmans. Il ne se prive pas pour autant de dénoncer la captation de pouvoir temporel par des autorités spirituelles tibétaine. Les régions à l’ouest du Bengale sont peu évoquées ou alors par des informations de seconde main. Il semble toutefois que le texte mentionne un état indien appelé Bhorong qui désignerait en fait les Marathes. Le nom serait la déformation bengalie du mot bargir signifiant pillard. En effet, les Marathes ne se sont jamais soumis aux empereurs Moghols et ceux-ci devaient acheter leur tranquillité en leur versant les taxes prélevées au Bengale. Les Britanniques tentèrent en vain d’écraser les Marathes et durent eux-aussi payer sous peine de voir ces dernier attaquer Calcutta.

L’œuvre de Jigme Lingpa est très dense et non structurée. Elle comprend de nombreuses références obscures pas encore identifiées, d’autant plus qu’aux descriptions réelles se mêlent de nombreux mythes et légendes (peuple unijambiste, ou doté de grandes oreilles). Jigme Lingpa laisse parfois transparaître son opinion dans certains commentaires et peut afficher une certaine ironie. Il montre toutefois une grande curiosité tempérée par son scepticisme et sa rationalité, tout en gardant la porte ouverte au mystère. De même, il fait étonnamment preuve d’un certain relativisme culturel en s’enthousiasmant pour certaines coutumes étrangères. Michael Aris lui trouve par conséquent beaucoup de points communs avec les Lumières européennes qui furent ses contemporains. La différence essentielle est que Jigme Lingpa a toujours vu le monde comme un flot incessant d’illusions parfois intéressantes mais jamais à prendre trop au sérieux car ne permettant de se libérer du cycle des réincarnations.

Commentaires»

1. ConstantinoplE - 21/09/2009

0_0 (impressed)

2. Rincevent - 21/09/2009

Par quoi ?


Vous avez quelque chose à dire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :