jump to navigation

L’Hiverrier / Terry Pratchett 06/07/2009

Posted by Rincevent in Mes lectures, Terry Pratchett.
Tags: , , ,
trackback

C’est toujours un régal de lire un livre de Terry Pratchett. Je m’étais précommandé L’hiverrier chez Amazon, mais je l’ai obtenu avec une semaine de retard. Pas trop grave. Comme toujours, je l’ai lu à grande vitesse : commencé le samedi soir, fini dimanche soir (j’ai trainé parce que j’ai fait une grosse sieste l’après-midi, et je lis pas vite quand je suis en mode « loque humaine »).

L'hiverrier / Terry Pratchett

L'hiverrier / Terry Pratchett

Ce roman est la suite des aventures de la jeune Tiphaine Patraque. Née dans une famille de berger de la région du Causse, sur le Disque-Monde, celle-ci s’est liée à un clan de Feegles (schtroumpfs alcooliques, bagarreurs et voleurs) avant d’être repérée par des sorcières. Car elle a le don. Le deuxième tome la voit commencer son apprentissage de sorcière tout en étant poursuivie par un rucheur, esprit parasite. Ici, on la retrouve en pleine formation auprès d’une de ses aînée de 113 ans, son train-train tout juste interrompu par les lettres que Roland (le fils du baron, dans le Causse, c’est juste un ami, n’allez rien vous imaginer, et certainement pas un petit-ami) lui envoie. Tout se passe bien jusqu’à ce que Mademoiselle Trahison l’emmène assister à la Morris noire, qu’on danse au début de l’hiver à cause de l’été qu’il porte en germe. Et Tiphaine n’a pas pu s’empêcher d’aller danser aussi, créant une véritable catastrophe. Car c’est pendant les danses Morris que l’Hiverrier et la Dame de l’Été se croisent et laissent l’autre prendre temporairement le dessus. Et maintenant, l’Hiverrier est tombé amoureux d’elle. En gage d’amour, il va plonger le Disque-Monde dans un hiver sans fin. Il ne reste plus à Tiphaine qu’à essayer de réparer son erreur, chose d’autant plus difficile que la Dame de l’Été fait la tête parce qu’elle s’est fait voler la vedette par une pimbêche. Et comme si ce n’était pas assez, mademoiselle Trahison meurt et sa chaumière revient à cette frimeuse d’Annagramma Falcone, et encore pire, Roland est allé voir les aquarelles de la fille du seigneur voisin !!

Mémé Ciredutemps, la douceur faite femme. © Andrew Salt (allez voir sa galerie)

Mémé Ciredutemps, la douceur faite femme. © Andrew Salt (allez voir sa galerie)

Un tome très agréable où on a le plaisir de revoir les Nac Mac Feegles, toujours aussi stupides et menteurs, un vrai problème quand ils doivent traiter avec des sorcières. Au fil de l’aventure, ils y gagnent un membre honoraire : Horace, fromage bleu fabriqué par Tiphaine et devenu vivant. Le roman nous plonge une fois de plus dans l’impitoyable micro-société des sorcières où les meilleures amies sont simultanément les pires ennemies. Celles-ci n’ont pas de cheffe, et cette cheffe qu’elles n’ont pas c’est Mémé Ciredutemps, grande et sèche comme une trique, qui s’oppose constamment à Madame Persoreille, prétentieuse et adepte de la magye, la vraie, pas celle où on doit aller régler les problèmes de vol de vache, d’accouchement difficile ou de maladie. Comme des chats qui se font face, les sorcières se jaugent impitoyablement. Dans leur milieu, les formules de politesse sont des déclarations de guerre. Pas mal d’humour dans ce roman, notamment grâce à Mémé Ciredutemps à qui Tiphaine a réussit à refourguer une petite chatte blanche appelée Toi (comme dans « Toi ! Viens là » ou « Qu’est-ce que tu veux, Toi ? »). On a aussi droit à une brève apparition de Gredin et même, à une lecture de Où est ma vache ?, le livre préféré du petit Vimaire !

Gredin, violeur et tueur professionnel et l'innocente Toi. © Andrew Salt Guiton Simpleut et Horace, amis pour la vie. © Andrew Salt

Gredin, violeur et tueur professionnel et l'innocente Toi. © Andrew Salt
Guiton Simpleut et Horace, amis pour la vie. © Andrew Salt

Discutez-en sur le Vademecum-dm.com, forum consacré à Terry Pratchett !

Advertisements

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Vous avez quelque chose à dire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :