jump to navigation

Patronage monastique dans le Tibet du XVe siècle / Turrell V. Wylie 09/04/2009

Posted by Rincevent in History of Tibet / Alex McKay.
Tags: , , , , ,
trackback

Article sur Google books

Bien. Ce bon vieux M. Wylie nous offre ici un chapitre assez dense mais très intéressant qui nous présente la façon dont deux écoles faisaient construire leurs monastères. Par contraste, on repère des différences flagrantes qui révèlent une stratégie d’agression de l’une envers l’autre.

L’auteur commence par nous présenter les institutions fondées par les Gelugpa (l’école à laquelle appartiennent les Dalaï-lama et Panchen-lama).
1409 : Tsongkhapa (fondateur de l’école) inaugure le Mönlam Chenmo ou Fête de la Grande Prière de Lhassa. La même année, il fonde également le monastère de Ganden, près de Lhassa.
1416 : un de ses disciple fonde le monastère de Drepung près de Lhassa.
1418 : un de ses disciple fonde le monastère de Palkhor Chöde à Gyantse.
1419 : un de ses disciple fonde le monastère de Sera près de Lhassa.
1447 : on attribue à Gendün Drub, compté a posteriori comme le premier Dalaï-lama, la fondation du monastère de Trashilhünpo près de Shigatse (futur siège des Panchen-lama)
Dans tous les cas on repère des constantes :
– Il y a toujours un protecteur laïc, officiel nommé par le Ve hiérarque de l’école Phagmodru, soutien des Gelugpa.
– Ce dernier soutien une école encore jeune et dépourvue de base territoriale.
– Les institutions sont fondées non loin du centre politique contrôlé par le protecteur laïc.

En 1432 le hiérarque Phagmodru, Dragpa Gyeltsen, meurt. Sa famille se dispute sa succession jusqu’à ce qu’un neveu lui succède. Ce dernier étant parent de l’administrateur de Rinpung, une rivalité naît entre les deux familles et les seconds prennent le dzong (forteresse administrative) de Shigatse en 1435. Turrell Wylie part du principe qu’au moment où le Trashilhünpo est construit, le dzongpön (préfet / gouverneur) n’est plus celui nommé par les Phagmodru.

En rouge : les places contrôlées par les Rinpungs et leurs alliés Karma-Kagyü, en bleu : les places fondées par les Gelugpa soutenus par les Phagmodru basés à Neudong. Au sud-ouest, Shigatse et Gyantse seront respectivement prises en 1435 et 1488.

Faisons un bond jusqu’en 1490. Cette année là, la sous-école Karma fonde le monastère de Yangpachen. Le nouveau dzongpön de Shigatse est un allié du Shamarpa, deuxième plus importante incarnation de la sous-école, basé à Nenang. En 1481 le Shamarpa avait joint ses forces aux Rinpung pour attaquer la région de Lhassa mais ils avaient été repoussés. Il faut attendre 1488 pour qu’ils réussissent à prendre le dzong de Gyantse contrôlant la route entre Shigatse et Lhassa. La construction de Yangpachen dans la vallée de la Tölung a suivi un chemin fondamentalement différent de celui des sites gelugpa :
– Le protecteur du monastère n’est pas un officiel loyal nommé par les Phagmodrupa. Au contraire, il a succédé à son oncle qui avait usurpé sa charge.
– Le monastère n’est pas fondé par une nouvelle tradition mais par une lignée déjà bien établie.
– Yangpachen est éloigné de Rinpung et Shigatse, ses centres politiques.

Ces différences ont une explication très terre-à-terre : elles s’inscrivent dans une stratégie de conquête territoriale.
– Nenang étant trop exposé, il fallait construire un nouveau monastère plus en retrait.
– De plus, le nouveau monastère est placé sur la route nord reliant Lhassa à Shigatse, alors que Nenang était isolé dans une vallée, rendant les communications plus risquées.
– Gyantse, prise en 1488, contrôlait déjà la route sud.
Yangpachen offre donc une solution idéale pour une conquête militaire puisqu’il permet de contrôler une grande route commerciale et militaire, est suffisamment éloigné de Lhassa pour fournir une base logistique sûre, et assez proche pour frapper vite.

Une fois Yangpachen achevé, les coalisés passent à une phase plus active : le Trashilhünpo est particulièrement isolé et le successeur de Gendün Drub doit en être évacué en 1494. En 1498, c’est le tour des Phagmodru de fuir face à une invasion Rinpung. La région de Lhassa est occupée de 1498 à 1517, période au cours de laquelle Sera et Drepung ont l’interdiction de participer au Mönlam Chenmo. Le IIe Dalaï-lama doit fuir encore plus à l’est, à Ganden ou plus loin. Il ne pourra revenir que lorsque les forces de Rinpung se replieront. Dès lors, Sera et Drepung pourront de nouveau participer au Mönlam Chenmo. Ironie de l’histoire (ou basse vengeance diront les mauvaises langues), Yangpachen finira par être absorbé par les Gelugpa après que le Shamarpa ait dû fuir, accusé de trahison au profit du Népal au XIXe siècle.

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Vous avez quelque chose à dire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :