jump to navigation

Hindou-isation, bouddha-isation, puis lama-isation ou Que s’est-il passé à Lachi ? / A. W. Macdonald 23/12/2008

Posted by Rincevent in History of Tibet / Alex McKay.
Tags: , , , ,
trackback

Article sur Google books

Voilà un article que j’ai eu du mal à finir. J’avoue humblement que la théologie m’emmerde, donc tout ce qui s’en rapproche est pour moi quelque chose de très pénible à lire. Et comme en plus les divinités ont une saleté de tendance à changer de nom à tout bout de champ (Shiva = Mahadeva = Mahesvara = Wangchug Chenpo = Jigje = Bhairava…), on perd très très facilement le fil. Quoi qu’il en soit, Mme Macdonald se penche sur la région de Lachi et Chuwar et analyse le processus de « lamaisation » auquel elle a été soumise en se basant sur un texte écrit par un religieux bouddhiste en 1901.

La région de Lachi Chuwar (frontière tibéto-népalaise) est un lieu de pèlerinage aussi important que celui du Tise / Kailash à l'ouest.

Pour faire simple, et c’est pas évident, ce texte évoque l’histoire pré-bouddhiste du coin en six parties :
1) La montagne locale est contrôlée par le dieu Rudra (pour faire simple on va dire que c’est une manifestation de Shiva)
2) Rudra est subjugué par la manifestation de Chakrasamvara, la région est convertie en champ d’action des khandroma
3) Des maîtres bouddhistes viennent ouvrir les portes de la région
4) Une fois ces portes ouvertes, la sous-école Drigung de l’école Kagyü installe des lieux de méditation
5) Explication des qualités extraordinaires de certains sites
6) Explication des bénéfices qu’on peut tirer des prosternations, circumambulations et offrandes faites dans la région.

Chakrasamvara et sa parèdre Vajravarahi (et pas mal de sex-toys...) - Wikicommons

Chakrasamvara et sa parèdre Vajravarahi (et pas mal de sex-toys...) - Wikicommons

Mme Macdonald reprend l’idée de Seyfort Ruegg, pour qui le concept selon lequel le bouddhisme tibétain aurait intégré / récupéré des divinités perçues comme étrangères est fausse. En effet, le bouddhisme n’exclue pas les autres systèmes s’ils appartiennent au même univers conceptuel : un hindouiste est aussi bouddhiste qu’un bodhisattva, le problème étant juste que ses enseignements constituent un obstacle sur le chemin de la libération. Les oppositions qui peuvent se manifester visent donc à affirmer l’égalité et non la supériorité du bouddhisme (Mme Macdonald tempère ceci en préférant parler d’équilibre). Les deux religions peuvent cohabiter sans problème. Rolf Stein est cité en ce sens puisque pour lui, la bouddhaïsation n’est pas une question d’individus mais une lutte d’influence dramatisée : le perdant ne disparait pas et transmet même certaines de ses caractéristiques à son vainqueur. De même, les échanges continus entre régions permettent aux éléments anciens d’être conservés (soit par la mémoire orale, soit par la mémoire écrite) qui peuvent réapparaître plus tard et ailleurs.

Advertisements

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Vous avez quelque chose à dire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :