jump to navigation

Problèmes dans la transmission du bouddhisme vajrayana dans l’Himalaya occidental aux environs de l’an 1000 / D. Seyfort Ruegg 01/12/2008

Posted by Rincevent in History of Tibet / Alex McKay.
Tags: , , , ,
trackback

Article sur Google books

Ouuuh, chapitre taille XL, mais c’est qu’on se laisse aller, on fait du lard, hein ? Quel laisser-aller…

Chapitre intéressant, malgré un début un peu confus. L’auteur nous explique d’abord que l’Himalaya n’est pas une barrière hermétique ayant séparé les Tibétains de leurs voisins du sud, et que les exemples de franchissement (pacifiques ou non) de cette barrière sont nombreux dans les deux sens. Il enchaîne ensuite en parlant du maître bengali Atisha et de son propre maître qui mettaient tous deux en garde les pratiquants bouddhistes contre certaines consécrations pouvant s’avérer dangereuses si on les conféraient à des disciples non préparés. En fait, l’article va nous montrer comment la diffusion du bouddhisme vajrayana (également appelé bouddhisme tantrique) a connu quelques couacs. Plusieurs de ces couacs se sont accumulés un même lieu et moment, ce qui obligea les autorités locales à réagir fermement.

M. Ruegg nous explique en fait qu’au tournant du millénaire, les autorités du royaume de Guge se faisaient pas mal de soucis au sujet des pratiques religieuses de leurs sujets. En effet, bien qu’à cette époque le très éminent traducteur Rinchen Zangpo diffuse avec succès le bouddhisme au sein de la population, il ne peut que constater que ces efforts sont menacés par la diffusion simultanée de pratiques religieuses douteuses. Car pendant que le maître Rinchen expose les principes du bouddhisme aux populations du royaume, un groupe diffuse des pratiques rassemblées sous le vocable jordröl. En quoi consistent-elles donc ? Il s’agit d’une part, de relations sexuelles ritualisées, et d’autre part de sacrifices rituels censés libérer l’être du cycle des réincarnations.

Rinchen Zangpo © University of Texas

Rinchen Zangpo © University of Texas

Ces actes sont notamment attribués à deux membres du groupe : Atsarya Marpo (l’acarya (professeur) rouge) et Samthap Ngönpochen (le maître au vêtement bleu). Le premier est un moine dévoyé répandant des enseignements polémiques pour les uns, un ascète shivaïte ayant suivi l’enseignement d’un maître bouddhiste du Cachemire pour les autres. Ce personnage a l’identité floue illustre en fait la présence de syncrétisme religieux dans la région et la difficulté pour les maîtres bouddhistes de l’ouest tibétain à gérer la proximité culturelle de l’Inde.
Quant au nom du second, il fait directement référence à l’utilisation d’une couverture bleue lors de relations sexuelles rituelles entre pseudo-ascètes.
Enfin, les autorités bouddhistes sont embarrassées par les meurtres rituels car le vajrayana reconnait quatre actes rituels, dont la magie noire. Hors cette dernière implique l’utilisation de sorcellerie et de meurtre rituel. Il existe d’ailleurs un précédent de taille : le dernier empereur tibétain, Lang Darma, a été rituellement « libéré » par un moine qui lui reprochait d’être un ennemi du bouddhisme.

Atisha Dipankara Shrijnana © Tharpa.com

Atisha Dipankara Shrijnana - Wikicommons

L’apparition de ces déviances et la difficulté à les combattre poussa donc Yeshe Ö puis son neveu Jangchub Ö, moines-rois du Guge, à réclamer la venue dans le royaume d’Atisha, spécialiste des pratiques dangereuses dans le monde bouddhiste et seule personne ayant suffisamment de prestige pour s’imposer. Une fois sur place, le maître indien rédigea et fit traduire un traité de réfutation. Cette œuvre ne mentionne pas textuellement ces déviances, mais le commentaire qui en a été fait rappelle les dangers de la magie noire, de la rupture du vœu de chasteté et met en garde contre ceux qui prétendent pouvoir comprendre les textes secrets et détenir des moyens d’atteindre rapidement l’illumination.

Advertisements

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Vous avez quelque chose à dire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :