jump to navigation

Nomades de Chang et Ngarime : une vue d’ensemble historique de leurs interactions en Droshö, Drongpa, Lowo et Gungthang du XIe au XVe siècles / Roberto Vitali 27/11/2008

Posted by Rincevent in History of Tibet / Alex McKay.
Tags: , , , , , , , ,
trackback

Article sur Google books

Chapitre très intéressant, que j’ai beaucoup aimé. Peut-être parce que c’était presque de l’histoire-bataille et que ça ne nécessitait pas d’efforts particuliers pour que je comprennes de quoi on parle.

Enfin bref. Après avoir découvert l’extrême-ouest du Tibet, on se décale un petit peu plus à l’est (mais pas trop) afin que M. Vitali (Vitali ! Comme dans Rémi sans famille !) nous présente les luttes de pouvoir entre nomades et sédentaires, et entre nomades, pour le contrôle des ressources locales.

Alors avant d’attaquer, un petit mot pour dire que le terroir tibétain c’est vraiment la merde à comprendre. Chaque région est appelée de différentes façons, et la confusion est fréquente car un même nom sert souvent à désigner pour des régions sans aucun rapport les unes avec les autres. C’est pas toujours extrêmement facile de s’y retrouver. Enfin, le Ngarime du titre fait partie du Ngari Korsum : c’est le Bas-Ngari (Ngari-me), par opposition au Haut-Ngari (Ngari-tö).

Le Chang comprenait les zones nomades du Droshö à l'ouest (en bleu) et du Drongpa à l'est (en rouge). À l'est, le royaume de Gungthang (en vert) et le Mangyül, aujourd'hui district de Kyirong (en jaune). Enfin, le royaume de Mustang ou Lowo au sud (en mauve). À l'ouest, le Purang puis le Guge que nous avons vus précédemment.

L’article nous parle donc des nomades Menzhang. Ceux-ci apparaissent d’abord au Guge au XIIe siècle quand des troubles causés par les Dardes (un groupe ethnique du nord-ouest de l’Inde qui a progressivement cédé le terrain face aux Tibétains). Ils migrent vers l’est puis reviennent sur leurs pas et s’installent dans leur nouveau territoire avec la permission des rois de Gungthang. Comme le font souvent les nomades d’Asie, le groupe se divise en deux branches : la branche ainée (les Sumnyipa) s’installe à l’ouest du Droshö, la branche cadette (les Tsotsowa) à l’est. En 1267, le roi de Gungthang prend le contrôle de toute la région, profitant de sa parenté avec les Sakyapa, nouveaux maîtres du Tibet grâce au soutien des Mongols Yuan qui règnent en Chine. La cohabitation ne se passe pas forcément bien, mais elle se passe.

Quand les Chinois renversent les Yuan (1368), leurs protégés Sakyapa entament leur déclin et, par contrecoup, le Gungthang aussi. Les territoires annexés se rebellent et reprennent leur autonomie. En mariant l’une des leurs au roi de Gungthang, une partie des Menzhang prend le pouvoir après l’avoir assassiné en plaçant son fils Sonamde sur le trône. Mais cinq ans plus tard une autre faction restée loyale se rebelle et réinstalle le prince issue de la reine principale. Les deux factions s’affrontent, chacune ayant trouvé son soutien : Mustang pour les uns, Gungthang pour les loyalistes, qui finissent par l’emporter. Ceux-ci absorbent les factions rivales et réorganisent les clans en Tsotsotöpa et Tsotsomepa (littéralement : Tsotsopa supérieurs et inférieurs), eux-même subdivisés en deux sous-groupes. L’un de ces sous-groupes donne naissance aux Lo Mosthangpa. Ceux-ci s’installent au Mustang (lequel prendra le nom de la nouvelle dynastie) plus dans le cadre du conflit entre Menzhang que pour servir les intérêts du Gungthang.

En 1390, nouveau retour de bâton : les Menzhang renversent le roi de Gungthang et rappellent le prince Sonamde installé au Purang. Le nouveau prince n’est pourtant pas assez fort et est obligé de reconnaître le pouvoir du Mustang. Il leur accorde donc le contrôle du Mustang, du Purang et du Dolpo qu’ils contrôlent déjà… La suzeraineté nominale du Gungthang perdure quelques temps, mais le Mustang contrôle maintenant le commerce entre l’ouest tibétain d’une part et le riche Tibet central, le Népal et l’Inde d’autre part. Ce dernier repose notamment sur les exportations de sel et de laine vers le sud en échange de céréales et de riz. Après 1440, le Mustang est suffisamment puissant pour rejeter les clans Menzhang (y compris les Tsotsowa) alliés aux Purang et Gungthang. En 1446, les Tsotsowa sont anéantis et le Mustang occupe la scène pour un long moment.

Advertisements

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Vous avez quelque chose à dire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :