jump to navigation

Les Khmers / Bruno Dagens 10/08/2008

Posted by Rincevent in Mes lectures.
Tags: , ,
trackback

Profitant de mes vacances, j’ai décidé un truc que je fais de moins en moins souvent (à mon grand regret) : j’ai lu un livre ! En l’occurrence il s’agit de Les Khmers de Bruno Dagens paru chez les Belles Lettres dans la collection Guides des civilisations.

Hein ? Ah ouais ça parle encore d’Asie, pourquoi ? Bref. Ici, ce guide nous fait découvrir l’histoire et la culture des anciens Khmers. Je dis bien les anciens car l’ouvrage ne va pas au-delà de l’installation de la capitale à Phnom Penh en 1434. C’est dommage d’ailleurs car la société khmère a apparemment pas mal changé après le déclin d’Angkor. Il aurait été très intéressant de montrer comment une société fortement indianisée bilingue (sanskrit-khmer) où bouddhisme et hindouisme cohabitaient est devenue monolingue et quasi-exclusivement bouddhiste (mais d’une autre branche qu’à l’époque angkorienne).

Quoi qu’il en soit l’organisation de l’ouvrage est très agréable car il est thématique et non chronologique. Du coup on peut bien sûr les chapitres à la suite, mais aussi dans l’ordre qu’on veut. On a donc un chapitre purement historique (qui aurait mérité d’être développé un peu plus, mais bon) auquel succèdent des chapitres sur l’organisation du royaume, les structures politiques et sociales, l’économie, la religion… Il est donc très facile de retrouver une information dans ce genre de guide, d’autant plus qu’en fin d’ouvrage on retrouve plusieurs index (général, par personne, par lieu), des notices biographiques et bien sûr une bonne bibliographie sur le sujet.

J’avais pris ce bouquin pour la bib en me disant qu’il avait l’air bien foutu et clair et je ne me suis vraiment pas trompé. Je trouve dommage que lui et quelques autres ouvrages de la même collection ne soient quasiment pas sortis. Ces bouquins font le point sur un pays tout en étant moins lourds qu’un livre normal qu’on doit parcourir de A à Z. L’histoire de l’art vous barbe ? Hop, y a qu’à sauter le chapitre sur l’art. Les subtilités religieuses vous gonflent ? Pareil.

Au fil du livre on découvre donc une société assez sereine dont les caractéristiques ont longtemps été l’absence de sectarisme (bouddhistes mahayana, shivaïtes et vishnuites cohabitaient sans problème) et désapprouvant les extrêmes, que ce soit dans l’art (pas de nudité ou de représentations terrifiantes comme au Tibet ou en Inde) comme dans la vie. Cet empire de plus en plus centralisé vivait pour les donations aux temples et la construction de réseaux de relais et d’hôpitaux. Bien que complètement calqués sur les positions indiennes, les Khmers surent coller aux textes décrivant les diverses façon de faire (architecture, société, religion) tout en développant leur propre civilisation.

La collection m’a tellement plus que j’ai aussi embarqué les bouquins sur le Siam, la Birmanie et le Vietnam ancien. En plus j’ai vu qu’ils annonçaient un volume sur le Tibet. Trop de la balle !

Publicités

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Vous avez quelque chose à dire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :