jump to navigation

Timbré / Terry Pratchett 11/06/2008

Posted by Rincevent in Mes lectures, Terry Pratchett.
Tags: , ,
trackback

Comme le dernier chapitre d’histoire du Tibet m’avait usé par sa lourdeur, j’ai fait une petite pause et me suis attaqué au dernier Terry Pratchett. Timbré est son nom.

Timbré / Terry Pratchett

Timbré / Terry Pratchett

L’action se déroule dans cette bonne vieille cité d’Ankh-Morpork, plus grande ville du Disque-Monde. Dans cette bonne salope de ville un jeune homme, escroc de son état, a du souci à se faire car il est sur le point d’être pendu. Et il le sera, ce qui permettra au dirigeant de la cité, le très charismatique seigneur Vétérini, de lui proposer un deal : au yeux de la société il est mort (sous un faux nom), mais il peut espérer se rattraper et survivre s’il accepte de devenir Moite von Lipwig, ministre des postes, et de remettre sur pied son service moribond. Et c’est pas gagné car la poste est fermée depuis des décennies, et bourrée à ras bord de courrier non distribué ! Sous les lattes du plancher, dans le hall d’entrée recouvert de merdes de pigeons, dans tous les couloirs et escaliers… que du courrier. Pour toute aide, un vieux briscard qui a connu la poste au temps de sa grandeur, un jeune fêlé collectionneur d’aiguilles et Lapompe19, le golem qu’on lui a assigné en tant qu’agent de liberté conditionnelle.

Il s’avère que le poste est dangereux, ses prédécesseurs étant tous décédés brutalement en quelque mois. De plus, la poste moribonde doit faire face à la concurrence acharnée de l’interurbain, réseau sémaphorique transcontinental. Ce dernier connait de plus en plus de pannes depuis que ses concepteurs originaux ont été spoliés et évincés par une clique de financiers, et les morts s’accumulent faute de personnel compétent et d’entretien.

Comme d’hab, j’ai lu ce volume en à peine plus de 24 heures. Comme d’hab je me suis régalé. Terry Pratchett place ce volume sous le signe de la communication et de la rapacité en évoquant les nouvelles technologies (interurbain est la version discale de notre internet) mises au service de cercles d’affaires dépourvus de tout scrupule. Ceux-ci n’hésitent pas pas à éliminer physiquement les concurrents souhaitant mettre fin à leur monopole, mais ne font rien pour entretenir leur réseau (trop cher, ça ira bien comme ça). Pratchett aime bien transmettre sa vision de notre société dans ses romans et ça tombe bien. Ankh-Morpork, en tant que plus grande ville du Disque, est une société multiraciale (comprendre qu’on y trouve humains, trolls, nains, gnomes, zombies, vampires, loup-garous) perpétuellement aux bord d’une révolution industrielle. C’est un peu comme si on était passé de la fin du Moyen-Âge à la fin du XIXe sans transition : on croise des héros barbares traditionnels et des représentants des droits des minorités, l’université de magie a son propre relais interurbain mais le guet municipal utilise toujours épées et arbalètes, voire balistes de guerre pour le cas des policiers trolls (la première arme à feu ayant été détruite car trop dangereuse).

Discutez-en sur le Vademecum-dm.com, forum consacré à Terry Pratchett !

Advertisements

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Vous avez quelque chose à dire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :