jump to navigation

Extrait d’Une introduction générale à l’histoire et aux doctrines du bön / Samten G. Karmay 09/06/2008

Posted by Rincevent in History of Tibet / Alex McKay.
Tags:
trackback

Article sur Google books

Ouais, encore un article sur le bön ! Bon, autant le dire tout de suite, toute la fin du premier tome est constituée d’articles dédiés au bön ou à la religion pré-bouddhiste du Tibet. Ça fait un peu beaucoup quand on doit se les taper l’un après l’autre, mais comme l’explique McKay dans l’introduction de ce premier tome, le sujet est source de vifs débats et il est bön (ho ho ho !) d’en présenter les différents points de vue.

Ici l’auteur nous décrit le contenu de la doctrine bönpo et ses origines mythiques.

1) Ölmo Lungrig
Si le bön s’est épanoui au Shangshung, la tradition voit sa source à l’ouest, au Tazig, et plus particulièrement au pays appelé Ölmo Lungrig (longue vallée d’Ölmo). Ce pays a une particularité : il est en partie physique et en partie imaginaire. Ce royaume occupe un tiers du monde (reléguant la Russie au rang de petit joueur), a la forme d’une fleur à huit pétales et est dominé par le mont Yungdrung Gutseg (la pile de swastika). Le sommet de cette montagne est un cristal d’où quatre rivières coulent de rochers ayant la forme de têtes d’animaux : à l’est la Kyimshang sort de la gueule d’un cheval, au nord la Pakshu de celle d’un lion, à l’ouest la Naradza du bec d’un paon et au sud le Gange de la gueule d’un éléphant. Le pays est entouré par un immense océan, lui-même entouré par un cercle de montagnes. Le seul moyen d’accéder au pays est de suivre la voie de la flèche : Shenrab l’aurait créée en tirant une flèche qui perça la montagne et créa un profond tunnel. Il est probable que les bönpo aient situé l’origine de leur foi dans ce royaume fabuleux au moment où le bouddhisme marquait des points et où il fallait affirmer leur statut. Les bönpo de l’époque se sont donc tournés vers l’ouest et la Perse dont ils admiraient la civilisation.

Pour certains, Ölmo Lungring pourrait être la région du mon Tise (Kailash), mais des textes contredisent ce point de vue.

Parcours des pèlerinages autour du Kailash © Easy Tibet travel

Parcours des pèlerinages autour du Kailash © Easy Tibet travel

2) Shenrab Miwo
Fondateur du bön, sa vie présente des ressemblances avec celle du Bouddha. Comme lui il n’a laissé aucun écrit, ses enseignements ayant été rassemblés après sa mort. D’après la légende, trois frères résidaient au royaume céleste de Sidpa Yesang et y étudiaient le bön. Demandant au dieu Shenlha Ökar ce qu’ils pouvaient faire pour soulager la misère du monde, ce dernier leur dit qu’ils serviraient chacun de guide à une ère différente. Le deuxième frère devint Shenrab, guide de l’ère présente. Il naquit en tant que prince et commença très jeune à prêcher le bön. Il combattit toute sa vie le démon Khyabpa Lagring, mais ne put le vaincre qu’en se retirant pacifiquement dans une grotte, avant de mourir à l’âge de 82 ans.

Sa vie nous est connue par des hagiographies, dont il existe trois versions successives : le Dodü, censé avoir été traduit de la langue du Shangshung, « trésor » (terma = texte religieux caché puis redécouvert) découvert au Xe siècle ; le Zermig en 2 volumes de 18 chapitres, trésor remontant peut-être au XIe siècle ; le Shirji en 12 volumes, qu’une divinité aurait dicté à un bönpo, et qui remonterait au XIVe siècle. Des mentions plus anciennes existent : les manuscrits de Dunhuang parlent d’un type de prêtre appelé Shenrab ayant la capacité de communiquer avec les morts. Shenrab semble avoir été divinisé de la même façon que Siddhartha Gautama l’avait été en tant que Bouddha.

3) La persécution du bön au VIIIe siècle et les développements qui en résultèrent
D’après la tradition, le Shangshung était divisé en trois régions : le Gowa ou extérieur, le Phugpa ou intérieur et le Barwa ou centre. Le royaume fut conquis, vraisemblablement par Songtsen Gampo, et se tibétanisa graduellement. Par contrecoup, le Tibet subit l’influence de son voisin et des pays d’Asie centrale. Le bön fit donc son entrée au Tibet. Aux VIe et VIIe siècles, les souverains étaient vus comme des descendants de dieux et des prêtres appelés shen ou bönpo pratiquaient les rituels destinés à leurs assurer une vie dans l’au-delà. Au VIIe siècle, le bon commença à intégrer des éléments étrangers comme le Tibet dominait des pays majoritairement bouddhistes : les théories indiennes de karma et de renaissance furent absorbées. Le décès de Trisong Detsen ouvrit une course pour le pouvoir cachée derrière des motifs religieux, la défense du bön contre le bouddhisme étant un bon prétexte. La construction du monastère de Samye marqua une défaite (mineure) du bön. Bien que la population conservait ses croyances, les bönpo subirent des persécutions et furent bannis du Tibet central.

Aux cours des siècles qui suivirent le bön connut une éclipse pendant laquelle il se réorganisa avant de réapparaitre sous de nouveaux habits. Les bönpo adoptèrent une attitude de réconciliation en tentant de lier Shenrab et le Bouddha, tout en conservant les anciennes croyances. Les bönpo bâtirent des monastères identiques à ceux des bouddhistes et développèrent la formation de leurs moines : philosophie, débats religieux (y compris avec des bouddhistes). Ces centres dépendaient des dons des nomades du nord (beaucoup de nomades étant adeptes du bön) et connurent le calme et la tranquillité. La donne changea à partir du XIVe siècle, quand l’école Gelugpa pris le pouvoir avec les Dalaï-lamas et convertit les monastères bönpo par la force. Les persécutions ont continué pendant toute la durée de la domination des Gelugpa, ceux-ci n’hésitant pas à faire appel aux troupes mongoles ou chinoises pour réduire les foyers d’opposition. Le bön réussit toutefois à survivre jusqu’à nos jours et contribua à la diffusion du mouvement œcuménique Rime.

Advertisements

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Vous avez quelque chose à dire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :