jump to navigation

Extrait de La religion bön du Tibet / Per Kværne 08/06/2008

Posted by Rincevent in History of Tibet / Alex McKay.
Tags:
trackback

Article sur Google books

Ici, Per Kværne nous parle (encore) du bön et de son histoire.

L’auteur commence par un petit rappel puisque le terme bön peut désigner trois choses différentes :
– la religion pré-bouddhiste du Tibet. Centrée sur la personne du souverain, personne sacrée et surnaturelle, cette religion était servie par une caste de prêtres appelés bönpo chargés de s’assurer que l’esprit des morts arrivait bien à destination (sûrement un genre de club-med, on retrouve ça sur toutes les brochures).
– la religion introduite depuis l’Inde au Xe-XIe siècle simultanément au bouddhisme et souvent considérée comme une forme non-orthodoxe de bouddhisme
– les croyances populaires comprenant divination, culte de divinités locales, que Rolf Stein appelle la religion sans nom.

Les pratiquants de cette religion, les bönpo, donnent à son nom le même sens que les bouddhistes à la leur : le bön est la Vérité, la Réalité. Le bön se considère comme une religion universelle : en dépit de sa présence limitée au Tibet (et à la diaspora), ses enseignements peuvent toucher n’importe qui. Les bönpo pensent que dans le passé leur religion touchait différentes régions du monde, et l’appellent donc bön éternel en lui associant le swastika, symbole d’éternité. De fait, le profane a les plus grandes difficultés à distinguer bön et bouddhisme tant ils sont proches. : accumulation de mérites religieux afin d’obtenir une meilleure naissance, utilisation de moulins à prières, circumambulation, drapeaux de prières…

Les bönpo affirment que leur religion, venue de l’ouest, s’est établie dans le royaume du Shangshung et en rayonna jusqu’à ce que ce dernier soit annexé par le Tibet. Leurs textes sacrés sont émaillés de mots attribués à la langue disparue (et très controversée : certains pensent plus à un dialecte tibétain) de cet ancien royaume. Avant cela, le bön serait apparu au Tazig, pays de naissance de Tönpa Shenrab (Maître Shenrab). D’après les textes, il aurait régné sur le pays et diffusé sa doctrine dans toutes les directions. Sa vie comporte de nombreuses ressemblances avec celles de Padmasambhava ou encore du héros Gesar.

Plutôt que plagieur du bouddhisme, le bön s’avère plagié par lui, même si les deux religions ont dû se développer côte-à-côte. Ainsi, suite aux persécutions des souverains, les bönpo cachèrent des textes pour une redécouverte ultérieure. La majorité du corpus est constitué de ces « trésors » redécouverts, le canon ayant été fixé entre le XIVe et le XVe siècle. À coté de ce canon existe un vaste corpus de commentaires, de textes rituels et philosophiques. Ceux-ci décrivent l’arrivée du bouddhisme comme une catastrophe, mais des tentatives de rapprochement existent (Shenrab et le Bouddha seraient en fait cousins…).

Advertisements

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Vous avez quelque chose à dire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :