jump to navigation

La démone allongée et la consolidation de l’empire / Robert J. Miller 10/03/2008

Posted by Rincevent in History of Tibet / Alex McKay.
Tags: , , , , ,
trackback

Article sur Google books

Alors là M. Miller nous propose une idée… farfelue ? Allez, disons originale. Son article est une tentative de reconstituer une image du corps de la Sinmo clouée au sol par les monastères en se basant sur les localisations indiquées par des auteurs anciens comme Butön.

Ces constructions ne sont-elles pas l’écho de l’expansion de l’empire sur ses voisins ?

D’après la légende, les épouses de Songtsen Gampo se bouffaient le nez pour savoir qui construirait la première un temple bouddhiste. Bhrikuti Devi, la Népalaise, jalousait sa rivale chinoise et géomancienne, car tout ce qu’elle bâtissait le jour était détruit la nuit par les esprits locaux. En ayant ras-le-bol, l’empereur décida qu’il fallait neutraliser la Sinmo en épinglant ses membres par la construction de temples.

La silhouette de la sinmo. En bleu : Lhassa, en rouge : les 4 monastères des 4 Cornes, en jaune : les 4 vainqueurs des frontières, en vert : les temples des frontières lointaines

Avant le règne de Namri Songtsen, le Tibet était essentiellement une confédération de clans qui lui firent allégeance et lui permirent de s’agrandir vers la région de Lhassa puis à tout le Tibet central. Lorsque Songtsen Gampo succéda à son père vers 625, les territoires annexés se révoltèrent. Pendant les dix ans qui suivirent, il consolida et agrandit son territoire et le nombre de ses épouses (trois Tibétaines : Tölung Mong, Trimonyen Dongteng et Ruyong Zarje Trikar ; une venant du Zhangzhung, une autre du Minyag, Bhrikuti Devi du Népal, et enfin Wengcheng de Chine). Il ressort des textes que la Sinmo n’a commencé à poser des problèmes qu’après l’arrivée de cette dernière.

De fait, le règne a été marqué par les révoltes et l’expansion continue. Les chroniqueurs relatant ces événements évoquent le souci de la perte de contrôle. La démone était devenue trop remuante et il fallait y remédier. Partant de Lhassa, cœur du pays, chaque temple était planté au sein d’une région importante. Après avoir immobilisé le torse (foyer de la dynastie) de la démone, les membres (régions frontalières) suivirent, et enfin les extrémités (pays éloignés comme le Sumpa, le Myniag…).

L’article est accompagné en annexes de plusieurs illustrations tentant de représenter le corps de la démone en se basant sur les textes anciens, ainsi qu’une carte des différentes principautés environnant la vallée du Yarlung. Très pratique, dommage que je ne la découvre que maintenant, parce que sinon c’est peine perdue si on veut se faire une idée du contexte géographique…

Advertisements

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Vous avez quelque chose à dire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :