jump to navigation

Notes sur un problème chronologique dans la chronique tibétaine ancienne / G. Uray 25/02/2008

Posted by Rincevent in History of Tibet / Alex McKay.
Tags: , , ,
trackback

Article sur Google books

Alors ce coup-ci, l’auteur se penche sur un problème historiographique, à savoir qu’une chronique ancienne parle d’un dénommé Tri Songtsen. Le problème pour l’historien est de savoir si ce nom fait référence à Songtsen Gampo ou à Trisong Detsen.

Comme l’explique le tibétologue Jacques Bacot « La chronique, d’abord fabuleuse, remonte au roi Drigum, […], et se développe, mais avec de de considérables solutions de continuité, jusqu’au règne de Trisong Detsen inclusivement. La relation de celui-ci comporte une confusion formelle avec le règne de Songtsen Gampo, et ce retour en arrière sert, en quelque sorte, de transition aux deux derniers chapitres, lesquels affèrent au règne de Tri Dusong, déja partiellement décrit ».

L’article décortique un passage de la chronique racontant comment le souverain non identifié donne un festin pour célébrer sa victoire contre le royaume voisin de Zhangzhung.
Pour Jacques Bacot, c’est Trisong Detsen qui a profité du banquet pour s’identifier à un ancêtre prestigieux ; pour A. Róna-Tas c’est plus que ça : Trisong Detsen ne fait pas que s’identifier à son prédecesseur, c’est un acte rituel par lequel il rappelle que l’ancêtre et sa descendance ne font qu’un ; enfin, pour H. Sato la chronique relate des événements se déroulant en partie après la mort de Tri Songtsen et en partie au cours de son règne et qui ont été intégrés dans le chapitre traitant de Trisong Detsen par erreur.

La date du renversement du royaume du Zhangzhung

Le problème chronologique en lui-même est la date de la chute du Zhangzhung qui ne peut être définie que si on détermine l’âge et l’identité des personnages. Sato identifie l’un d’entre eux comme étant Pu Gyimtsen Machung, chef de l’expédition militaire mais qui n’est évoqué ici que comme envoyé. Cela signifierait que le Zhangzhung était déjà sous administration tibétaine.
Ensuite, on retrouve Li Migya, roi du Zhangzhung, qui avait noué une double alliance dynastique avec son voisin, chacun épousant la sœur de l’autre. Mais le refus de Li de consommer le mariage donna un prétexte aux Tibétains pour l’envahir. Il est donc ici question de Songtsen Gampo, et non Trisong Detsen.

Observations sur l’interprétation de la description du festin et de l’éloge royal

Puisque les événements décrits se passent au temps de Songtsen Gampo et que le festin célèbre la chute de Li Migya, il faut en conclure que le roi et son conseiller ne parlent pas de leurs glorieux prédécesseurs, mais d’eux-mêmes à la troisième personne (il est vraiment, il est vraiment, il est vraiment phé-no-mé-nal-lalalala la !)

Changements dans la successions de paragraphes de la seconde moitié de l’Ancienne Chronique Tibétaine

Bien qu’il n’y ait plus de doutes sur l’identité des personnages, pourquoi un tel méli-mélo chronologique ? Pour M. Uray, il est facile de comprendre que la confusion est née du fait que le texte nous soit parvenu avec une inversion de deux groupes de paragraphes. Les manuscrits originaux en témoignent. Alors que les lettres chevauchent deux feuilles ou s’arrêtent juste avant la suivante lorsque ces feuilles sont collées les unes aux autres, il y a deux cas où la feuille supérieure couvre les caractères de la feuille suivante, signe qu’il y a eu une inversion.

Advertisements

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Vous avez quelque chose à dire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :