jump to navigation

Les sources tibétaines anciennes de l’histoire de l’Asie centrale jusqu’en 751 : une étude / Geza Uray 23/08/2007

Posted by Rincevent in History of Tibet / Alex McKay.
Tags: ,
trackback

Article sur Google books

Zappons l’archéo pour revenir à ce qui fait l’histoire, les sources. M. Uray s’attache à n’étudier que les sources parlant d’événements extérieurs à l’histoire du Tibet. Son travail se base essentiellement sur les documents retrouvés à Mazar-Tagh, Khadalik, Miran et Dunhuang ainsi que sur le canon bouddhiste et les œuvres d’historiens tibétains.

Les sources les plus crédibles sont les documents officiels et privés du VIIe au IXe siècle, mais elles ne contiennent peu ou pas de références aux années précédentes. Il y a toutefois des exceptions comme l’administration de Khitan sous domination tibétaine qui conserva ses institutions. Pour la période, les meilleures sources restent donc les Annales Royales qui commencent vers les années 650 (les années antérieures étant regroupées en introduction).

Je ne vais pas résumer cet article, extrêmement intéressant au demeurant. On y apprends beaucoup de choses : par exemple les origines du héros Gesar de Ling (གླིང་གེ་སར་, gling ge sar). Dans le Catalogue des rois des quatre régions du monde on parle du roi des nombreux marchands du pays du lion de l’ouest, Trom Gesar (ཁྲོམ་གེ་སར་, khrom ge sar). La « prophétie du pays Li » le dit beau-père du roi khotanais Vijaya Sangrama. L’orthographe change avec le temps, passant de Trom Gesar à Jamlin Gesar, soit Gesar de Jamlin, devenu héros épique tibétain et dieu de la guerre. Bien que ce nom soit depuis longtemps associé aux termes latins roma et caesar, les preuves formelles ne sont apparues que récemment. Des pièces de monnaie et des rapports chinois parlaient d’un souverain de la deuxième dynastie turque du Gandhara. Ce dernier portait le nom de Fromo Kesaro, qui lui avait été donné en honneur à l’empereur byzantin après la victoire de ce dernier sur les Arabes en 718. Le catalogue nous apporte une autre indication : le « roi des marchands » est plus une allusion à l’empereur byzantin dont les marchands commerçaient avec l’Inde entre les Ier et VIe siècles, qu’au roi du Gandhara.

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Vous avez quelque chose à dire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :