jump to navigation

Se : notes préliminaires sur la répartition d’un ethnonyme au Tibet et au Népal / Charles Ramble 20/08/2007

Posted by Rincevent in History of Tibet / Alex McKay.
Tags: ,
trackback

Article sur Google books

Bien. Après avoir lu avec un net plaisir le premier article du livre d’Alex McKay, j’ai donc tout naturellement attaqué le chapitre 2 (oui moi je suis comme ça, je lis les chapitres dans l’ordre, car je suis un rebelle, et toc !). Bonjour la grosse surprise ! Autant l’article de Hoffman est simple et agréable, autant celui-ci est rebutant.

J’ai trouvé l’article extrêmement difficile d’accès et confus. À tel point que je n’ai compris ce dont voulais parler Charles Ramble qu’en lisant sa conclusion. Il n’y avait peut-être pas moyen de faire autrement étant donné le sujet (la répartition des noms de clans tibétains depuis les origines, c’est costaud), mais on a vraiment du mal à comprendre ce que veut dire l’auteur et son cheminement est vraiment compliqué. J’ai trouvé qu’on passait vraiment du coq à l’âne entre les sections. D’ailleurs je vous les présente sans plus tarder :

Introduction [jusque là ça va]
Les tribus primitives
Situer les protoclans
Applications du mot se
Les Khyung
Les Se
Se et Se-rib
Conclusion

Au nord, l'ancien royaume de Xi-Xia - Wikicommons

Au nord, l'ancien royaume de Xi-Xia - Wikicommons

Je vous donne un résumé de cette conclusion afin de comprendre de quoi il est question.

Se est utilisé comme ethnonyme dans deux contextes : d’abord dans les mythes des protoclans tibétains où il est lié au Xi-xia (西夏) / Minyag (མི་ཉག་, mi nyag) voisins, puis il apparaît dans le nord du Népal où il sert à désigner deux communautés du groupe linguistique des Thakali (les Te et les Tshug). Se peut être à l’origine du nom de la région, Serib, et faire référence aux Tamangs et Gurungs du Népal.
Se pourrait n’être qu’un terme vague mais le fait d’être une appellation totalement locale est lié aux mythes mentionnés. Se est associé au Népal au clan Khyung-po, hors Khyung et Se sont liés dans les mythes d’origine.
L’auteur ne se penche pas sur la réalité de migrations du Minyag vers l’Himalaya, mais constate que de telles migrations figurent dans les mythes d’origines de nombreux groupes (Sikkim, Sherpa…). Les Tamangs par exemple ont été pris en flagrant délit de réécriture de leur généalogie mythique.
Le mouvement Se/Khyung serait venu du nord-est du Tibet il y a très longtemps comme en atteste leurs présences dans les sources les plus anciennes, soit bien avant la fondation du Xi-xia et avant l’apparition du nom Minyag. Il se pourrait néanmoins que les Se aient été présent dans l’ouest du Tibet avant d’émigrer au Népal.

Commentaires»

No comments yet — be the first.

Vous avez quelque chose à dire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :